20.10.2023 07:00

Le vétéran Stephan Andrist fait rêver le FC Schötz

L'attaquant de 35 ans a trouvé le chemin des filets pas moins de 18 fois en onze matchs pour le leader du groupe 2. Il nourrit ainsi des espoirs légitimes de promotion et ajoute : « Si on le mérite, on ne va pas se gêner. »

Samedi dernier, les choses ne se présentaient pas très bien pour le FC Schötz. A la mi-temps, celui-ci est mené 1:2 par le SV Muttenz. A l'approche de la 70ème minute, la deuxième défaite de la saison plane toujours. Cependant, en l'espace de quatre minutes, la situation bascule avec Stephan Andrist comme héros.

Déjà buteur en première mi-temps, il enchaîne avec un doublé et assure aux Lucernois non seulement la victoire, mais aussi la tête du classement. Il continue également de gonfler son compteur personnel : Andrist a été auteur de 18 des 28 buts de Schötz lors des onze premiers matchs. Trois fois, il a réussi la performance de réaliser un triplé, une fois même un quadruplé (lors du 6-0 contre Emmenbrücke). « Je suis en bonne forme », confie-t-il, mais il précise rapidement : « Je profite des passes décisives de mes collègues. Parfois, je n'ai plus qu'à pousser le ballon au-delà de la ligne. »

« Je suis encore assez rapide »

Stephan Andrist n'est plus un gamin, il aura 36 ans le 12 décembre, mais l'âge ne joue aucun rôle dans son cas à ce niveau. « Tant que je prends de vitesse les plus jeunes, tout va bien », dit-il avec un sourire détendu, « je suis encore assez rapide. »

Andrist apporte également beaucoup d'expérience. Le natif de l'Oberland bernois a été professionnel pendant de nombreuses années. Son parcours l'a mené de Thoune à Bâle, Lucerne et Aarau en Allemagne, à Hansa Rostock, Wehen Wiesbaden, Aalen et Saarbrücken, avant de poursuivre en Suisse en 2020. Après six mois à Chiasso et une saison et demie à Köniz, il a rejoint le FC Schötz durant l'été 2022.

Il fait désormais partie d'une équipe qui fonctionne et avec laquelle il a surtout une chose en commun : le plaisir. « C'est un facteur important », explique Andrist, « nous nous donnons à fond à l'entraînement et bien sûr pendant les week-ends. Et en dehors du terrain, nous aimons passer du temps ensemble, par exemple à la buvette du club. Nous sommes un vrai groupe. »

Sa parole a du poids

Une chose demeure inchangée depuis l'époque où il était professionnel. Andrist aspire au maximum de succès et cette ambition doit déteindre sur ses collègues. Le vétéran et buteur peut aussi faire preuve de fermeté lorsqu’il constate des relâchements : « Faire des erreurs, cela doit être permis. Mais si on commet plusieurs fois la même erreur et qu'on n'en tire pas de leçons, j'en parle. »

Stephan Andrist n'a pas peur de prendre des responsabilités. Cela se voit par exemple lorsqu'il s'agit d'exécuter des penalties. Il dit de lui-même qu'il a les nerfs solides, « et quand je m’élance, je sais exactement où je veux tirer. »

Il pratique régulièrement ses penalties à l'entraînement et met régulièrement les gardiens au défi. Le pari est le suivant : si un gardien de but réussit à parer une tentative sur trois, Andrist doit payer une boisson - ce qui ne s'est jamais produit jusqu'à présent.

Sa propre publicité

2 de ses 18 buts depuis l'été ont été inscrits sur penalty, ce qui porte son total à 6 buts de plus qu'en 2022/23, bien qu'il ait dû s'absenter plusieurs mois pour cause de maladie la saison dernière. Grâce à son efficacité, il nourrit des espoirs légitimes de promotion. Non pas que l'objectif déclaré de Schötz soit de rejoindre la Hoval Promotion League dans un avenir proche, mais Andrist est clair : « Si on le mérite, on ne va pas se gêner. »

Andrist fait en outre sa propre publicité, même à bientôt 36 ans. A-t-il déjà des sollicitations d'autres clubs ? « Je me sens bien à Schötz », répond-il avec diplomatie, « j'ai un contrat jusqu'à la fin de la saison. Ensuite, nous verrons. » Les Lucernois connaissent très bien la valeur de l'attaquant - et feront tout pour prolonger la collaboration avec leur joueur phare (pmb./jm.)