Arnaud Bühler : « Avec Bavois, on peut faire encore mieux »

  • 11.11.2021

Après sa carrière professionnelle, le défenseur de 36 ans a rejoint le FC Bavois en Promotion League en 2017 - et se sent extrêmement bien dans ce club réputé pour son atmosphère familiale.

Photo: Jean-Luc Auboeuf / La Région
Photo: Jean-Luc Auboeuf / La Région

Pendant des années, la vie professionnelle d'Arnaud Bühler s'est résumée au football. En 2002, il devient champion d'Europe avec l'équipe suisse des moins de 17 ans, puis fait le saut chez les pros, joue plus de 250 matchs en Super League, remporte deux fois la Coupe avec le FC Sion (2009 et 2011) avant, en 2017, d’être soudain confronté à de nombreuses interrogations.

Le Nord-Vaudois sortait alors d’une saison mouvementée avec le FC Wil pendant laquelle les propriétaires turcs avaient fait la une des journaux à maintes reprises. Cela lui a non seulement coûté de l’énergie mais aussi fait perdre l'envie de continuer. Bühler décida donc de tirer un trait sur le football professionnel. A 32 ans.

Il commença dès lors à réfléchir à son avenir et eut quelques idées. Il s’imaginait par exemple suivre une formation professionnelle dans le secteur de la santé, mais reçut entretemps un appel de Jean-Michel Viquerat, Président du FC Bavois et entrepreneur. Ce dernier lui proposa deux choses : poursuivre sa carrière sportive en Promotion League et un emploi au bureau de son entreprise, active dans l'automatisation des bâtiments, la mesure de l'énergie et le traitement des eaux.

« Une excellente école de vie »

Après son rendez-vous avec le dirigeant bavoisan, Bühler fut convaincu par l’idée. Aujourd'hui, il déclare : « Je suis extrêmement reconnaissant envers Jean-Michel Viquerat. C'est un coup de chance qu'il m'ait contacté ». Du jour au lendemain ou presque, il n'était plus quotidiennement sur les terrains d'entraînement mais assis à son bureau et a dû trouver sa voie dans un environnement complètement nouveau. Ce qu’il a appris dans le sport l’a aidé : persévérer, ne pas se laisser détourner de son chemin, avoir la volonté de surmonter les obstacles. « Le football a été une excellente école de vie pour moi », dit-il, « j'en profite maintenant. »

Ainsi, depuis plus de quatre ans, l’ancien capitaine du FC Sion n'est pas seulement un employé mais aussi un joueur du FC Bavois, un club d'une petite commune vaudoise d'un peu moins de 1000 habitants qui en est déjà à sa sixième saison en Promotion League. L'équipe entraînée par Bekim Uka pointe actuellement à la 6ème place, et lorsque Arnaud Bühler parle de l'objectif d’ici l'été prochain, il l’affirme clairement : « Nous voulons être parmi les six meilleures équipes du championnat. »

Une ambition intacte

Il a fallu un certain temps à Bühler pour s'habituer au fait que tout est un peu plus petit et plus simple à gérer que ce qu'il avait connu auparavant en tant que professionnel. Il a néanmoins endossé le rôle d’exemple, entraînant les autres et leur montrant que, malgré son passé, il n'est pas du genre à se reposer sur ses lauriers. « Quand j’entre sur le terrain, je le fais avec l'ambition de gagner le match », dit-il, « A part ça : en Promotion League, on voit du très bon football. Tu ne peux pas te permettre de jouer en dilettante. »

Il fait désormais partie d'un club dont il apprécie énormément l'ambiance familiale et dans lequel "on ne fait pas de folies", comme il le dit lui-même : « Nous n'avons pas le budget que d’autres ont et devons trouver d'autres moyens pour être performants. Mais c'est exactement ce qui le rend si attrayant. Nous avons gagné le respect et nous pouvons encore faire mieux. Nous n'avons pas encore atteint le maximum. » (pmb./jm.)

retour