La soif succès de Maccoppi avec le FC Chiasso

  • 09.09.2021

L'Italien de 34 ans est le capitaine du relégué de la précédente édition de Challenge League et se dit impressionné par le niveau de la Promotion League. Pour le milieu de terrain, une chose est claire : son équipe doit jouer un rôle important dans la course à la promotion.

Lors de la saison 1992/1993, le FC Aarau est devenu, à la surprise générale, champion de Suisse. A contrario, il s’agissait alors, pour le FC Chiasso, de ses derniers mois en Ligue nationale A . Les années qui suivront seront marquées par des hauts et des bas incessants : les Tessinois du sud ont évolué à tour de rôle en LNB/Challenge League ou en 1ère Ligue. Depuis cet été, ils disputent à nouveau le championnat de Promotion League et sont à considérer comme une équipe ambitieuse dont le but est d'être à nouveau promu dans un avenir proche.

Les vieux briscards à Chiasso

Le FC Chiasso s’appuie principalement sur les joueurs expérimentés de l’effectif pour mener à bien son projet. Le Suédois Alexander Farnerud, par exemple, a atterri à Chiasso à l'âge de 37 ans après des années en Bundesliga (Stuttgart), en Super League (YB) et en Serie A (Torino); ou Daniel Pavlovic, le défenseur de 33 ans passé par GC et la Serie A (Frosinone, Sampdoria, Crotone); ou encore François Affolter, défenseur de 30 ans et international suisse à cinq reprises. Andrea Maccoppi, le capitaine des « Rossoblù », complète le lot. Ce dernier considère que son devoir est d'être un modèle pour les jeunes et de leur montrer ce qu'il faut faire pour pouvoir accéder au monde professionnel: "Il est important qu'ils s'habituent à la culture de la performance."

L'Italien de 34 ans est de retour au club depuis octobre 2020, après y avoir déjà joué de 2014 à 2016. "Pour moi, c'était comme revenir à la maison", déclare le milieu de terrain axial – même si seul le responsable matériel est encore présent au club depuis son premier passage à Chiasso. Maccoppi avait auparavant passé près de cinq ans en Suisse romande, d'abord sous les couleurs du Lausanne-Sport, puis de son voisin Servette. Aujourd'hui, il poursuit sa carrière en Promotion League et l’avoue volontiers : « Ce serait une belle histoire si je pouvais terminer ma carrière en Challenge League." Il affirme sans l’ombre d’un doute vouloir rester lié au monde du football et veut devenir entraîneur, raison pour laquelle il a déjà commencé à passer ses diplômes.

En route pour Bâle

Néanmoins, l’Italien n'est pas sûr de savoir quand il s'arrêtera. Il aime encore trop son quotidien de professionnel pour penser à prendre sa retraite. Il est trop convaincu qu'il peut réaliser de grandes choses avec ses coéquipiers, c'est-à-dire une promotion. "Nous avons certainement le potentiel pour être au sommet", dit-il, mais il souligne également la forte concurrence : "Breitenrain, Carouge, Bellinzone, Rapperswil, Bienne - il y a beaucoup d'équipes ambitieuses dans une ligue dont la qualité m'a positivement surpris jusqu'à présent. Le niveau est élevé, la qualité individuelle des joueurs m'impressionne."

Si Chiasso est resté invaincu lors des quatre premières journées, ils ont récemment subi la loi du promu Bienne avec une défaite 3-0 à domicile. Grâce au revers des Tessinois, le FC Breitenrain a repris la tête du classement. "Il est important que nous montrions rapidement une réaction", déclare Maccoppi. Celle-ci doit survenir samedi dans le nord-ouest de la Suisse contre les M-21 du FC Bâle qui, de leur côté, pourraient rattraper leur adversaire du jour en cas de victoire. (pmb./jm.)

retour